Sur les problèmes de santé des Polonaises et Polonais

Home / Nouvelles / Sur les problèmes de santé des Polonaises et Polonais

Sur les problèmes de santé des Polonaises et Polonais

Sur les problèmes de santé des Polonaises et Polonais

Le 21 Novembre 2017, la conférence « D’abord – la Santé. Le dépistage comme la base de la prévention réelle de la santé », organisé conjointement avec le président du Sénat Polonais, le Monsieur Dr Stanisław Karczewski. L’initiateur de cet événement le prof. Henryk Skarżyński a invité à écouter les discours d’éminents scientifiques et cliniciens – médecins de diverses spécialités et à participer au débat, qui est indispensable pour le développement et la mise en œuvre d’un vaste programme de soins préventifs en Pologne. Le résumé des résultats du programme obtenus jusqu’à présent a été accompagné par des conférences de spécialistes de divers domaines qui voient un besoin urgent d’élargir les activités liées à la prévention de la santé en Pologne.

Rafał Porzeziński « Le rôle éducatif de la Radio Polonaise dans la prévention des maladies de la civilisation »

Au cours de la tournée «L’Été avec la Radio» de cette année, nous avons visité 20 villes polonaises. outre de fournir des impressions artistiques, le point le plus important de chaque week-end c’était l’action «D’abord, la santé». Les Centres Médicaux Mobiles, dans lesquels des recherches ont été effectuées, étaient situés dans les studios en plein air de « L’Été avec la Radio ». Le programme 1 de la Radio Polonaise sert fidèlement les Polonais depuis des années pour promouvoir un mode de vie sain ou rapprocher les problèmes de santé de la civilisation moderne. Cela se passe à la fois dans les programmes de «L’Été avec la Radio», « Quatre Saisons », « Eureka », « Pilule pour la santé » et le nouveau programme « Survivants ». Ce programme rencontre des gens qui ont retrouvé la joie de vivre.

Les dépendances, les maladies graves, les situations limites, les chutes ne doivent pas nous casser. Le programme présente des histoires extraordinaires de retour de la mort morale, spirituelle et mentale à la plénitude de la vie. « Survivants » est un programme qui peut être une opportunité pour son propre examen de conscience, pour retrouver la joie de vivre et espérer même pour ceux qui l’ont déjà perdu.

La radio est un forum formidable parce qu’il est confortable et anonyme où on peut partager des problèmes, des pensées et des conseils. Et le fait que l’on puisse entendre à la radio les conseils des plus éminents spécialistes qui se réfèrent aux problèmes personnels
des auditeurs ne peut être surestimé. Très souvent, il est plus facile de surmonter la barrière de la honte et d’appeler au studio que d’aller voir un spécialiste avec un problème honteux. En particulier, les personnes âgées, les personnes seules vivant dans les petites villes et les villages ont des inquiétudes concernant l’aide d’un médecin. Alors quand ils entendent sur leur radio préférée qu’ils ne sont pas une exception, et que d’autres ont des problèmes similaires, ils décident souvent de commencer un traitement.

Marcin Stefaniak  » Des activités pro-santé de TVP basé sur l’exemple du programme national « D’abord la santé ».

La Télévision Polonaise a joyeusement rejoint la propagande de l’idée du dépistage qui a eu lieu sur la route « L’Été avec la Radio ». Dans divers matériaux, nous vous avons persuadé d’utiliser les conseils gratuits de spécialistes présents dans les Centres Mobiles de Diagnostic. Nous avons essayé d’aider à briser la barrière de la peur de visiter un médecin. Pendant des années, la télévision polonaise a travaillé à la diffusion d’une prophylaxie favorable à la santé sur la base des indications du Ministère de la Santé, conformément à la mission du radiodiffuseur public.

Dans le cadre de la tournée « L’Été avec la Radio », nous avons accompagné les médecins avec la caméra dans presque toutes les villes visitées, et toute l’action a été résumée sur TVP2 dans le programme « Question pour le petit déjèuner ». Beaucoup d’informations sur les tests de dépistage sont apparues sur les antennes régionales, ce qui a grandement facilité l’atteinte des objectifs du Programme sous des toits proverbiaux. Nous avons la conviction interne que ce programme devrait être poursuivi et développé. En plus du soutien du programme «D’abord la santé », la Télévision Polonaise promeut également d’autres actions en faveur de la santé, dont l’inclusion du programme «Fil rouge» du Ministère
de la Santé, qui encourage le don de sang honorifique.

La Professeure Renata Górska « Dépistage en prophylaxie parodontologique »

La participation au programme «D’abord la santé », est un honneur pour moi et une occasion de promouvoir les connaissances sur la dangerosité, non seulement du point de vue de la préservation des dents, mais aussi de la santé en général les maladies parodontales peuvent provoquer. Ces maladies sont associées aux maladies cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux, au diabète, ainsi qu’à la maladie de Parkinson, à la polyarthrite rhumatoïde et, selon des rapports scientifiques récents, au cancer du pancréas. Ils peuvent être la cause d’accouchement prématuré et sont également associés à un faible poids à la naissance. Les connaissances sur ce sujet ne sont cependant pas communes, non seulement dans les grands cercles sociaux, mais aussi parmi les médecins de soins primaires. C’est pourquoi nous essayons de le populariser.

Les données sur les problèmes parodontaux sont alarmantes.  Plus de 90 pour cent des Polonais a ces problèmes ce que démonstrent d’études épidémiologiques menées en 2011-2014.

Dans le cadre du programme «D’abord la santé », nous avons examiné 713 patients. À notre stand s’adressait principalement des personnes d’âge adulte (près de 40% c’étaient des personnes âgées de 45 à 65 ans, et 22% de plus – des personnes de plus de 65 ans). La majorité (62%) c’étaient des femmes, bien que les hommes aient une plus grande tendance à la parodontite (en raison de la dépendance et de la réticence à consulter un médecin). La plupart des candidats avaient un diplôme de l’Université ou de l’école secondaire. Seulement 12 pour cent c’étaient des personnes ayant une éducation primaire. Les résultats de la recherche sur les habitudes d’hygiène buccale se sont révélés effrayants. Jusqu’à 17 pour cent des personnes ont admis qu’ils ne se lavaient les dents qu’une fois par jour. 3,5 pour cent a déclaré qu’il ne les nettoie pas du tout.

Le Professeur Tomasz Konopka « Les tests de dépistage dans la prévention du cancer de la muqueuse buccale »

L’incidence du cancer de la bouche en Pologne est plus élevée que dans les autres pays européens. Les cancers tels que le cancer des lèvres, par exemple, ne produisent pas de métastases rapidement. Néanmoins, en Pologne, la mortalité due aux maladies oncologiques de la bouche est élevée, car les patients rapportent trop tard au spécialiste. La prophylaxie de ce type de cancer est réduite principalement sur l’élimination des facteurs de risque de base, qui comprennent l’abus d’alcool et de nicotine et le virus du VPH. Le dépistage est très important – la recherche sur les conditions pré-cancéreuses et néoplasiques devrait être effectuée par chaque dentiste, et il est recommandé d’auto-examiner les patients.

Commentaire -Jadwiga Kamińska, Club Journaliste de Promotion de la Santé: L’état de la bouche est effroyable. Seulement 1% d’entre nous ont le parodonte sain. Et ce sont les maladies de cette partie de notre corps qui causent de nombreuses maladies systémiques. La faible sensibilisation à ce problème est également très préoccupante, ce qui résulte également du fait que les enfants ne reçoivent pas la cavité buccale dans les écoles et les foyers polonais. Nous manquons également d’une campagne nationale d’éducation dans ce domaine.

La Professeur Iwona Grabska – Liberek « Des Actions de la Société Polonaise d’Ophtalmologie pour la prévention en ophtalmologie »

Dans une société vieillissante, le plus gros problème en ophtalmologie est la dégénérescence maculaire liée à l’âge, la cataracte et le glaucome. Les tests de dépistage permettent d’identifier les personnes à risque de développer une maladie donnée, puis de prendre des mesures pour empêcher sa progression. Souvent, ils permettent également la détection de maladies systémiques du patient. Par exemple, dans le cas du diabète, les premiers changements sont observés au bas de l’œil.

Selon les données de l’OMS, 80% les patients souffrant de divers types de troubles oculaires peuvent être guéris. Pour cela, cependant, non seulement vous avez besoin de ressources financières adéquates, mais surtout de programmes de dépistage. De nombreuses maladies oculaires ne causent aucun symptôme au patient pendant longtemps. Pour cette raison, ces maladies sont souvent diagnostiquées trop tard lorsque les options de traitement sont considérablement réduites. Malheureusement, en Pologne, les données sont alarmantes: chaque troisième Polonais n’a jamais consulté d’ophtalmologiste.

Commentaire – Justyna Wojteczek PAP « Service de Santé » : Les patients souffrant de problèmes ophtalmologiques sont dans le mailleure situation parce qu’il y a beaucoup plus d’ophtalmologistes en Pologne que les parodontologues, ce qui facilite grandement l’accès à un spécialiste. Aussi l’équipement des cabinets ophtalmiques est à un niveau élevé. Malheureusement, le temps d’attente pour un rendez-vous avec un ophtalmologiste est
si long que les patients rapportent au médecin trop tard.

Le Professeur Piotr Radziszewski « Les tests de dépistage en urologie »

En Pologne, l’incidence des cancers du système génito-urinaire augmente. Nous parlons ici le plus souvent du cancer de la prostate, du cancer de la vessie, des reins ou des testicules. Il n’y a pas de moyens (en dehors d’éviter la fumée de tabac) pour prévenir ces maladies. Cependant, il existe des possibilités pour leur détection précoce. De plus, grâce aux progrès de la médecine, le cancer du rein, de la vessie, de la prostate ou des testicules ne tue pas, mais devient une maladie chronique. De nouveaux traitements permettent la guérison complète d’une tumeur limitée à un organe ou le contrôle efficace d’une maladie disséminée.

Malheureusement, malgré ces progrès, le taux de survie des patients polonais est beaucoup plus faible que dans les autres pays européens. Les Polonais hésitent à consulter un urologue. En outre, le temps d’attente moyen pour un rendez-vous avec un spécialiste est de plus d’un an. Les files d’attente seraient réduites si les patients demandaient le premier rendez-vous à un urologue avec une série de tests préalablement commandés par le médecin généraliste.

Commentaire – Dariusz Dewille TVP 3: C’est probablement un grand détriment pour chaque homme que les médecins généralistes ne demandent ent pas de problèmes urologiques lors d’autres visites au bureau. La plsu grande conscience est nécessaire  non seulement
des patients eux-mêmes mais aussi des médecins POZ. Dans notre pays, il faut aussi des procédures et des programmes spécifiques pour les tests de dépistage urologique, qui, bien que difficiles à réaliser, sont nécessaires dans une société vieillissante.

Le Professeur Grzegorz Opolski « L’évaluation et prise en charge du risque cardiovasculaire »

L’hypertension, l’alimentation malsaine, le surpoids, l’obésité, le tabagisme et l’hyperglycémie sont les principaux facteurs de risque de maladie cardiovasculaire. Ces facteurs peuvent être divisés en deux catégories (tabagisme ou mauvaise alimentation) et ceux pour lesquels nous n’avons aucune influence (par exemple, l’âge ou les facteurs génétiques). Au cours des dernières années, nous avons observé un changement dans le profil de risque. Plus souvent, la cause des maladies est l’obésité et le surpoids, rarement – cholestérol élevé et le tabagisme.

Dans l’évaluation du risque de ces maladies, la carte SCORE est utile pour des patients spécifiques. Il s’agit d’un barème spécial d’évaluation développé pour la population des pays européens par un groupe international d’experts sous le patronage de la Société Européenne de Cardiologie. En analysant les données sur l’âge, le cholestérol, la tension artérielle et l’information sur le tabagisme et le sexe, nous obtenons un taux estimé de probabilité de décès pour les maladies cardiovasculaires. Le plus important est notre hygiène de vie quotidienne. Nous devrions connaître leur propre raideur, poids, niveau de cholestérol et prendre soin de l’activité physique.

Commentaire Agnieszka Pochrzęst – Motyczyńska PAP « Service de Santé » :
La sensibilisation aux menaces et la connaissance de ce qui se cache réellement derrière l’expression «groupe à risque de personnes à risque de maladie cardiovasculaire» est très faible dans notre pays. Le patient, même s’il entend un tel avertissement du médecin
de soins primaires, ne sait généralement pas quoi faire après cette information. Après tout, il est très difficile de se battre seul avec le tabagisme ou l’obésité. En particulier, la partie la plus ancienne de la société est laissée sans aucun indice ni information sur la façon de manger, d’abaisser le cholestérol, ou quels agents pharmacologiques peuvent aider à arrêter de fumer.

La Professeur Maria Barcikowska-Kotowicz « Les possibilités contemporaines de prévention neurologique »

La prévention des maladies neurologiques de la vieillesse, telles que les accidents vasculaires cérébraux et la démence, devrait commencer dès l’âge mûr. En Pologne, 60 à 70 000 sont signalés chaque année et environ 20 000 les patients qui en sont atteints restent non motorisés et / ou cognitifs. La démence, en tant que maladie chronique, est un défi difficile pour les services médicaux et de soins. En Pologne, c’est un groupe de près de 500 000 personnes. Malheureusement, seulement 20 pour cent d’entre eux reste sous surveillance médicale.

Les actions préventives dans les deux cas se résument à contrer les facteurs de risque vasogéniques et cela est déjà à l’âge mûr. Le diagnostic précoce et le traitement pharmacologique précoce de l’hypertension, le diabète sucré, les changements pathologiques du métabolisme des graisses, l’arythmie ou l’ablation chirurgicale des lésions athéroscléreuses dans les artères intracérébrales peuvent prévenir à la fois le coup,les AVC et la démence vasogénique.

Pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer en temps opportun et mettre en œuvre le traitement, une prévention secondaire doit être utilisée. Les patients atteints d’Alzheimer pendant les 20 à 25 premières années ne présentent aucun symptôme de destruction cérébrale par des protéines pathologiques. Pendant ce temps, c’est la période où le patient peut être traité correctement. Pour déterminer le niveau de protéines pathogènes, des recherches sur le liquide céphalo-rachidien doivent être effectuées. Malheureusement, en Pologne, il s’agit d’un test très rare à ce stade de la vie du patient.

Commentaire – Artur Wolski, Radio Polonaise PR1: De plus en plus, dans notre pays, des patients de tout âge reçoivent un diagnostic d’athérosclérose, de diabète, d’hypertension, de troubles, de rythme cardiaque ou d’obésité. Malheureusement, peu de gens réalisent que ces maladies peuvent conduire à des syndromes de démence.
Et pourtant, à la fois dans la progression de la maladie d’Alzheimer et après l’accident vasculaire cérébral, il y a une détérioration soudaine et permanente du fonctionnement du patient. Un tel patient commence à penser pire, associer des faits, a des problèmes de mémoire ou d’orientation. Malheureusement, dans les années à venir, les personnes âgées viendront dans la société polonaise, malades et, malheureusement, probablement exclues. Cependant, pour que nous ne soyons pas divisés en castes, il faut comprendre que la prévention neurologique sera payante pour tout le monde!

Le Professeur Sławomir Majewski « Prévention du cancer de la peau »

Les cancers de la peau sont parmi les types les plus communs de cancer. On estime qu’au cours des 20 prochaines années, leur nombre doublera. Le plus souvent, nous avons affaire à un carcinome basocellulaire, un carcinome épidermoïde. Le mélanome se produit moins fréquemment, mais il est plus agressif. Dans la prévention des cancers de la peau, il est tout d’abord important d’éduquer le public – en sensibilisant à la menace de ces maladies et aux changements d’habitudes concernant l’utilisation excessive du soleil. L’éducation n’est pas seulement une tâche pour les médecins, mais aussi pour les médias.

Commentaire – Katarzyna Pinkosz « Au point »: La prévention du cancer de la peau semble très simple. De plus en plus de gens savent à quel point le rayonnement solaire est nocif. Et pourtant, le bronzage issu d’un long voyage est toujours synonyme de vacances réussies. Une très bonne solution c’est l’interdiction d’utiliser des solariums pour les enfants de moins de 18 ans, signée sous la forme d’un projet de loi. Je crois que c’est un risque beaucoup plus froid de cancer de la peau dans le groupe d’âge le plus jeune des Polonais.

Le Professeur Piotr Andziak « Les tests de dépistage préventif en chirurgie vasculaire »

Un dépistage simple est favorisé en chirurgie vasculaire, en particulier chez les personnes de plus de 60 ans, au cours desquelles des ultrasons, des appareils ultrasonores indolores et sûrs permettent la détection précoce et la surveillance des changements dans les artères et les veines du corps. De telles études peuvent trouver une application en relation avec des maladies telles que l’anévrisme de l’aorte abdominale et la sténose de l’artère carotide.

Chez la plupart des patients, les anévrismes de l’aorte abdominale apparaissent et se développent sans aucun symptôme clinique. Par conséquent, souvent le premier signe de la maladie est un AVC ischémique ou une rupture de l’anévrysme. Les résultats de la recherche et de l’expérience clinique ont montré que le diamètre de l’anévrisme supérieur à 5,5 cm chez l’homme et 5,2 cm chez la femme augmente significativement le risque de rupture. 80 pour cent les patients qui ont eu une rupture de l’anévrisme de l’artère meurent avant d’être transportés à l’hôpital. Grâce au dépistage (échographie), un anévrisme peut être détecté et le patient peut être opéré en son temps.

La sténose de l’artère carotide supérieure à 70% est un facteur de risque important d’AVC ischémique. La détection précoce des sténoses artérielles (USG) donne l’occasion de mettre en œuvre un traitement pharmacologique ou chirurgical efficace. Malheureusement, en Pologne, il n’y a pas eu de tests de dépistage pour détecter la sténose carotidienne.

Commentaire – Paweł Kruś « Le monde du médecin »: En dehors des méthodes d’échographie classiques utilisées dans les tests de dépistage, soi-disant l’indice tibio-brachial (ABI), qui permet en outre d’évaluer l’état des vaisseaux artériels des membres inférieurs. L’ABI est le rapport entre la pression exercée sur l’artère du pied et la pression la plus élevée mesurée sur les deux artères brachiales. La valeur correcte de l’indice s’élevait à 0,9 – 1,15. Les valeurs inférieures à 0,9 indiquent la présence de sténoses, et le résultat au-dessus de 1,15 indique une rigidité anormale des vaisseaux, survenant par exemple chez les patients diabétiques. Je pense que cela vaut la peine d’envisager l’achat d’équipements modernes pour effectuer ces tests, qui pourraient, en tant que centre de diagnostic mobile, circuler dans le pays et examiner des milliers de résidents.

Le Professeur Mirosław Jarosz « La prévention du cancer et de l’obésité est possible. Nous avons des preuves pour cela. »

Au cours des dernières années, l’incidence du cancer de l’estomac a diminué trois fois en Pologne. C’est l’effet d’une diminution de la consommation de viande rouge et de ses produits, de graisses animales, de sucres simples et de sel, tout en augmentant la consommation de café, de légumes et de fruits et en réduisant la consommation de tabac. Dans la prévention du cancer, l’obésité et une augmentation de la fréquence du tabagisme chez les femmes, la consommation d’alcool, ainsi que la consommation excessive de viande rouge et de sel et de douceur, tandis que la faible consommation de produits laitiers, de fibres et de poisson reste un problème. Cependant, la lutte contre les mauvaises habitudes alimentaires et l’obésité est possible, par exemple grâce à des projets favorisant une nutrition rationnelle, y compris chez les enfants d’âge scolaire et préscolaire.

Commentaire – Ewa Gwiazdowicz-Włodarczyk le mensuel « Le Pouls »: Notre santé est dans nos mains. Une initiative très précieuse a été récemment présentée par le médiateur pour les enfants, qui a appelé le Ministère de la Santé à introduire des conseils nutritionnels dans les soi-disant panier de services garantis. Malheureusement, nos enfants mangent trop, principalement parce que les parents et les grands-parents sont convaincus que l’enfant ne peut pas avoir faim. Par le rapport NIK tous les 5 enfants d’âge scolaire sont en surpoids, et les parents ne savent pas toujours où chercher de l’aide dans ce cas.

Le Professeur Krzysztof Kochanek  » Le dépistage de l’audition « 

À l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition, des tests de dépistage sont effectués depuis près de 20 ans. Au total, dans les années 1999-2017, plus d’un million de personnes dans divers groupes d’âge, principalement des enfants d’âge scolaire ont participé dans le dépistage. Ces études montrent que les troubles de l’audition congénitale surviennent chez 1 à 2 nouveau-nés pour 1 000, cependant, tous les 5 à 6 enfants ont une déficience auditive à l’âge scolaire. En revanche, dans le groupe des 65 ans et plus, près
de 75% de personnes souffrent la perte auditive.

Les programmes de dépistage de l’audition les plus importants menés en Pologne ces dernières années ce sont:

la recherche dans les écoles rurales et les petites villes menée par l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition en coopération avec le  Fonds de Contributions de la Sécurité Sociale des Agriculteurs, le Fonds d’Assurance Sociale dans le Secteur Agricole – KRUS, (plus de 470 000 enfants),

le programme de dépistage auditif de Varsovie pour les enfants des classes I et VI des écoles primaires (plus de 164 000 enfants ont été examinés),

les programmes de dépistage mis en œuvre en collaboration avec les administrations autonomes de diverses municipalités et petites villes et la Fondation McDonald,

le dépistage de l’audition dans différentes régions de Pologne en utilisant le Centre Mobile de l’Audition de l’IFPS pendant la tournée « L’été avec la radio » (2016 et 2017),

le dépistage de l’audition dans le cadre du programme «D’abord la santé».

Dans de nombreuses villes, des programmes locaux de dépistage auditif préventif ont été lancés et dans plusieurs voïvodies (y compris dans la voïvodie de Mazovie) des programmes de dépistage auditif ont été lancés dans le cadre de programmes régionaux de santé visant à examiner toute la population scolarisée et la mise en œuvre de ces tests en permanence dans l’environnement scolaire.

Une contribution importante de la Pologne à la diffusion de l’idée du dépistage de l’audition chez les écoliers en Europe consistait à la conduite par L’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition a signer à Varsovie en 2011 des Consensus Scientifiques Européens sur le dépistage de l’audition,  de la vision et de la parole et l’adoption le 2.12.2011 une conclusion concernant les tests de dépistage chez les enfants d’âge préscolaire et scolaire par le Parlement de l’Union européenne.

Commentaire – Henryk Szrubarz La Radio Polonaise Programme 1: Les tests de dépistage auditif organisés par l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition sont menés en Pologne et dans le monde entier à une échelle sans précédent. Même les études des écoles américaines ne sont pas menées à une si grande échelle. Grâce aux programmes mis en œuvre par l’Institut, des milliers d’enfants polonais ont été testés, et les parents pouvaient non seulement apprendre les types de pertes auditives possibles, mais aussi savoir où chercher de l’aide.