La conférence du prof. Henryk Skarżyński à l’occasion de l’inauguration de l’année universitaire à la Faculté Pontificale de Théologie

Home / Nouvelles / La conférence du prof. Henryk Skarżyński à l’occasion de l’inauguration de l’année universitaire à la Faculté Pontificale de Théologie

La conférence du prof. Henryk Skarżyński à l’occasion de l’inauguration de l’année universitaire à la Faculté Pontificale de Théologie

La conférence du prof. Henryk Skarżyński à l’occasion de l’inauguration de l’année universitaire à la Faculté Pontificale de Théologie

Le 3.10.2016, à l’occasion de l’ouverture de l’année universitaire le prof. Henryk Skarżyński, a prononcé une conférence intitulée «Les troubles de la communication interpersonnelle comme le motif de l’isolement et de la souffrance. » à la Faculté Pontificale de Théologie à Varsovie.

 

Dans l’église du séminaire à Varsovie le prof. Skarżyński a parlé non seulement de la souffrance: Comme l’a dit St. Augustine « Dans ce monde vous ne pouvez pas ne pas souffrir. » Si nous voyons quelqu’un qui est aux prises avec une maladie grave et chronique, il est évident que cet homme souffre. Mais est-ce que nous nous rendons compte que la personne ayant des problèmes de l’audition souffre? Ici, je ne veux pas parler, même de la surdité totale, parce que elle est rare. Je pense des troubles auditifs qui entravent la communication quotidienne. Récemment, dans les médias on a préenté un certain nombre de rapports de la souffrance, de la dépression. Malheureusement, seulement dans une seule pièce d’information on a fait de la mention qu’elles peuvent être provoquées par des troubles de l’audition.

Nous devons nous rendre compte que la voie auditive est notre première canal de l’ information. Pendant la vie feotal elle se développe plus tôt que les autres sens. Grâce aux technologies modernes, l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle et l’électroencéphalographie nous pouvons tracer son développement. Grâce à l’utilisation de ces technologies – en utilisant la voie auditive – nous pouvons savoir ce qui se passe dans notre cerveau, entre autres définir précisément les centres responsable de la douleur et de la souffrance physique (malheuresment, il est plus difficile dans le cas, lorsque on parle de la douleur et de la souffrance définies plus largement). En analysant le fonctionnement du cerveau en utilisant une résonance magnétique fonctionnelle, nous pouvons dire si quelqu’un est en mesure de s’identifier avec une autre personne qui souffre, et d’attraper des phénomènes atypiques, indiquant que quelqu’un ne sait pas compatir (psychopathes).

Pourquoi des troubles auditifs entravant la communication est une cause tellement importante de la souffrance? La communication est essentielle dans le développement des sociétés modernes. L’audition donne la possibilité de développer la parole et le langage, ou plutôt des langues (actuellement, sans la connaissance de plusieurs langues, il est difficile de parler de la qualité de l’éducation, d’un bon travail). Cependant, une proportion croissante de personnes dans le monde a des problèmes de l’audition. Selon les informations recueillies des congrès scientifiques continentaux et internationaux déjà plus d’un milliard de personnes ont des problèmes de l’audition qui entravent la communication quotidienne. Les troubles de l’audition est donc un grave problème social.

Notre société vieillit. Le nombre de naissances baisse et il y a plus en plus des personnes âgées. Les trois quarts de gens qui ont plus de 75 ans a plusieurs types de déficiences auditives. Ces personnes souffrent parce qu’ils n’entendent pas, ils ne comprennent pas. Ils se retirent de la vie sociale. Nous devons prevenir leur isolement, répondre à leur besoins.

D’après les recherches de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition les troubles auditifs sont plus fréquents chez les enfants. Seulement quelques pour milles des enfants est nés avec la surdité. Déjà pendant les premières années de l’école, environ 20 pour des enfants a divers types de troubles de l’audition. Voilà le prix dont la jeune génération paye pour la vie dans le bruit omniprésent, pour écouter de la musique via un casque, etc.

Est-ce qu’on peut prevenir la souffrance étant le résultat de troubles de l’audition? Oui. Il faut chercher tels examens de diagnostic, grâce auxquels nous pourrons détecter très tôt les premiers signes de la perte auditive. Le diagnostic précoce devrait permettre de dire : dans 10 ans cette maladie peut se développer chez vous. Mais on peut l’empêcher ou ralentir sa croissance, en protégeant de l’ouïe. Et si la maladie se développe, il faut la traiter. Aujourd’hui, nous avons les possibilités technologiques qui nous permettent d’améliorer l’audition chez presque tous les patients.

Non seulement nous, les médecins, mais chacun de nous a la possibilité de soutenir les personnes qui souffrent. Cela peut être fait par le renforcement des contacts multigénérationnels en cultivant des valeurs familiales et de la solidarité familiale. Les soins en établissement ne peut pas substituer à la famille! Dans le monde il n’y a pas de système qui offrent tout ce qui est désiré par tout le monde. Si nous oublions les valeurs traditionnelles de la famille, nous avons peu de chance pour gagner la bataille contre l’isolement, la douleur et la souffrance.