IIIème Congrès des Défis de la Santé avec la participation des représentants de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition

Home / Nouvelles / IIIème Congrès des Défis de la Santé avec la participation des représentants de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition

IIIème Congrès des Défis de la Santé avec la participation des représentants de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition

, ,
IIIème Congrès des Défis de la Santé avec la participation des représentants de l’Institut  de Physiologie et de Pathologie de l’Audition

Le Centre International des Congrès de Katowice a accueilli pour la troisième fois un débat multisectoriel réunissant des représentants de divers milieux liés aux soins de santé. Du 8 au 10 mars 2018 a eu lieu le troisième Congrès sur les Défis de la Santé (Health Challenges Congress – HCC), au cours duquel – au nom de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition – ont participé le professeur Henryk Skarżyński, docteur en médicine, HDR, docteur honoris causa multi, directeur de l’Institut et le prof. associé.  Piotr H. Skarżyński, docteur en médecine, HDR, chef adjoint du Département de Téleaudiologie.

Le Congrès est un forum sans précédent en Europe sur les questions clés des systèmes de santé auxquels ont participé des spécialistes de dizaines de disciplines médicales ainsi que des représentants du monde de la science, de l’économie, du commerce, des financies, des assurances, des organisations non gouvernementales, de la politique et de l’administration publique et locale et les médias.

Pendant le Congrès, le prof. Henryk Skarżyński a participé à la Session de l’interdisciplinaire « Est-ce que la technologie remplacera le médecin? » et il a donné une conférence intitulée:. « Les nouvelles technologies médicales polonaises. » Pendant son discours, le prof. Skarżyński a mis un accent particulier sur les avantages et le fonctionnement du premier Réseau National de Téléunologie, qu’il a créé à son initiative en 2009. Le Réseau National de Téleaudiologie permet d’effectuer la télé-consultation avec la participation de patients et de spécialistes de plusieurs centres simultanément et le téléfitting. Le réseau est une solution grâce à laquelle les patients ont un accès plus facile à des services médicaux spécialisés. La télémédecine, combinant médecine et télécommunications, permet, entre autres, aussi la réhabilitation à distance. Chaque jour des spécialistes de l’Institut utilisent ce système pour communiquer avec les patients qui, dans le cadre de la télé-réadaptation et telefittingu, peuvent tenir des consultations dans les centres les plus proches de leur lieu de résidence, régler des paramètres des processeurs de la parole à distance (cela concerne les patients avec un implant cochléaire posé), sans avoir à se déplacer à Kajetany.

La chirurgie réussie n’est pas la fin mais le début du traitement. Après le traitement, une rééducation auditive de plusieurs années est nécessaire. L’implant (ou plus précisément une partie de celui-ci – le processeur de la parole) doit être programmé en conséquence pour stimuler le développement du cortex auditif et assurer la meilleure audition possible. Les patients sont venus à Kajetany souvent de régions éloignées de la Pologne pour ce contrôle. Cela est changé après le début du téléfitting.

Profitant de l’opportunité du prof. Henryk Skarżyński a également présenté aux participants de la Session les hypothèses et les objectifs du dernier Programme Scientifique-Médical appelé «La musique dans le développement auditif de l’homme». Le programme «Musique dans le développement auditif de l’homme» est un modèle spécifique d’audiothérapie utilisant la musique, incluant la participation active et passive du patient. Le programme comprend plusieurs parties conçues pour différents groupes d’âge et comprend un ensemble d’ateliers, de classes et d’exercices musicaux. Le Prof. Henryk Skarżyński a également présenté de nombreuses idées nouvelles, innovantes et sensuelles, y compris celles destinées à être utilisées à la maison, grâce à la stimulation simultanée du cortex cérébral au moyen de divers stimuli. Le Professeur a presenté plusieurs nouvelles solutions mises en œuvre dans l’IFPS qui soutiennent le travail quotidien du médecin.

– Dans la réhabilitation de l’ouïe, la musique est très utile, car elle implique de nombreuses zones du cerveau, ce qui a un impact énorme sur le développement de l’audition et du langage, en particulier chez un enfant – dit le prof. Skarżyński, qui est l’initiateur du programme – L’implantation de l’implant cochléaire donne au patient la chance de découvrir le monde des sons. Il nous semble qu’il est toujours beau. Pour une personne qui était sourde avant la chirurgie, pas toujours. Parfois, les sons qu’on entend sont très fatigants. Dans un processus long et complexe de rééducation de l’audition et de la parole, des stimuli positifs sont nécessaires pour encourager l’écoute et la répétition. La musique est un tel stimulus – a expliqué le prof. Skarżyński.

L’inauguration cérémoniale du programme aura lieu le 26 mars au Centre Mondiale de l’Audition lors du débat avec les patients. L’invitée spéciale de l’événement sera Agata Kornhauser-Duda. La première Dame rencontrera des patients avec des implants auditifs posés.

Pendant le Congrès, le prof. associé.  Piotr H. Skarżyński, docteur en médecine, HDR qui est le seul Polonais, Membre du Conseil d’Administration de International Society for Telemedicine & eHealth, a également participé au Panel de Télémédecine: mode ou besoin? Pendant le panel le prof. Piotr Skarżyński a partagé ses connaissances sur le développement de la télémétrie dans le monde et les perspectives pour la Pologne. Il a également présenté les activités de l’Institut lors le dépistage de l’audition  pilotes sur quatre continents.

Le congrès de cette année incluait des questions liées à la politique de santé, aux finances et à la gestion, aux thérapies, aux nouvelles technologies et à l’éducation. Des spécialistes représentant diverses disciplines médicales présentes au Congrès, ainsi que des directeurs d’hôpitaux et des représentants de sociétés scientifiques, ont souligné les nombreux défis rencontrés non seulement par les médecins mais aussi par les politiciens, les organisations non gouvernementales, les experts du secteur médical et les économistes.