Le 6 juin 2018, devant l’édifice de la Télévision Polonaise et le bâtiment de la Radio Polonaise, plusieurs dizaines de spécialistes et de techniciens ont effectué des tests de dépistage et ont donné des conseilles aux habitants de Varsovie. Ce fut l’inauguration de la troisième édition du Programme multidisciplinaire de lutte contre les maladies de la civilisation « D’abord la santé ». Il y avait la possibilité de bénéficier des conseils de: audiologistes, phoniatres, oto-rhino-laryngologistes, parodontologues, ophtalmologistes, cardiologues, urologues, hématologues, pédopsychiatres, dermatologues et diététiciens.

– L’objectif du Programme « D’abord la Santé » c’est entre autres créer des attitudes favorables à la santé dans notre société – a déclaré sur les ondes de la Radio Polonaise le prof. Henryk Skarżyński, créateur et initiateur du Programme. – Le dépistage c’est la capacité de contrôler de grandes populations pour détecter les troubles précoces et diverses maladies afin qu’elles puissent vous aider le plus rapidement possible. Grâce à eux, nous pouvons détecter très tôt des maladies qui pourraient rester sans diagnostic au fil des ans. – ajoute le prof. Skarżyński.

Les conseils des oto-rhino-laryngologistes, des ophtalmologistes et des parodontologues étaient les plus populaires. Ces derniers ont vérifié l’état du parodonte et ils ont parlé beaucoup de la parodontite.

– La participation au Programme «D’abord la santé», est un honneur pour moi et une occasion de promouvoir les connaissances sur la dangerosité, non seulement du point de vue de la préservation des dents, mais aussi de la santé en général, les maladies parodontales peuvent provoque- a dit sur les ondes de la Radio Polonaise la prof.Renata Górska, Président de la Société Polonaise de Parodontologie, le partenaire du Programme. Ces maladies sont associées aux maladies cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux, au diabète, ainsi qu’à la maladie de Parkinson, à la polyarthrite rhumatoïde et, selon des rapports scientifiques récents, au cancer du pancréas. Ils peuvent être la cause d’accouchement prématuré et ils sont également associés à un faible poids à la naissance. Les connaissances sur ce sujet ne sont cependant pas communes, non seulement dans les grands cercles sociaux, mais aussi parmi les médecins de soins primaires. C’est pourquoi nous essayons de le populariser – ajoute la prof. Górska. Les habitants de la Varsovie ont été consultés par la prof. Renata Górska avec : dr Dominika Gackowska, dr Anna Królińska, dr Magdalena Batko et dr Nela Brodzikowska.

La position des ophtalmologistes était l’un des stands les plus encombrés lors de ces tests en extérieur. Les médecins ont effectué des examens de la vue de routine et ont fourni des conseils sur la prophylaxie des maladies oculaires. Les questions les plus fréquentes concernaient le glaucome, qui se développe lentement, souvent de manière asymptomatique et est généralement détecté par hasard, lors d’un examen de la vue chez l’ophtalmologiste ou lors du choix des lunettes.

– Ce Programme est une excellente occasion de toucher un large groupe de personnes qui, ayant des problèmes de maladies oculaires, ne savent pas comment procéder, où aller et à quoi s’attendre. – a dit la prof. Iwona Grabska-Liberek, Présidente de la Société Polonaise d’Ophtalmologie, partenaire du Programme – Les recherches menées dans le cadre du Programme aideront ceux qui courent un risque accru de développer des maladies ophtalmologiques, mais ils ne savent pas quels symptômes sont préoccupants. – a ajouté la prof. Grabska-Liberek. Lors de l’inauguration de cette édition du Programme dans la ville du diagnostic médical la prof. Iwona Grabska-Liberek a été accompagnée par la dr Aleksandra Opala et le Dr Dawid Wiącek qui ont consulté les patients.

L’inauguration du Programme c’était une occasion unique de rencontrer des spécialistes de haut niveau dans le domaine de l’ORL, de l’audiologie et de la phoniatrie, qui ont effectué une surveillance de l’oreille avec un vidéootoscope et ont conseillé toute personne qui a présenté une demande. Des techniciens expérimentés ont effectué une audiométrie, c’est-à-dire un test auditif, dont le but principal est de déterminer le seuil auditif et d’indiquer le niveau de perte auditive possible. Les citoyens de Varsovie ont été consulté par: médecin Aleksandra Panasiewicz, médecin Kamila Osińska, médecin Małgorzata Buksińska,. médecin Wojciech Kimak, et les test de l’audition ont été effectué par Maria Gocel, Justyna Kutyba, Aleksandra Kowalczuk et Marcin Wojciechowski.

Les diététistes de l’Institut de l’Alimentation et de la Nutrition (IŻŻ) Prof. A. Szczygieł, partenaire du Programme, ont proposé une offre intéressante de conseils et de examens aux citoyens de Varsovie. Les consultations ont eu lieu dans le cadre du projet du Centre National d’Éducation Nutritionnelle et les personnes intéressées ont été orientées vers le centre de conseil en ligne sur l’alimentation: https://poradnia.ncez.pl/.

– Le plus souvent, les patients obèses et avec le surpoids sont arrivés à notre position, mais la plupart d’entre eux avaient trop de graisse corporelle, ce qui est associé à un risque accru de maladie cardiovasculaire ou de diabète de type 2 – a déclaré la nutritionniste Klaudia Wiśniewska de l’IŻŻ – il y avait aussi des questions liées également sur les moyens spécifiques d’alimentation des patients atteints de maladie thyroïdienne ou de diabète. Nous avons également éduqué les personnes intéressées qui n’ont pas de problèmes de surpoids. – ajoute la diététicienne Wiśniewska. Les conseils en diététique ont également été fournis par: Wiktor Łazowski, Aleksandra Wedziuk, Beata Bondyra et Diana Wolańska.

Comme l’année précédente, les urologues ont tenté de disséminer les connaissances sur les cancers du système génito-urinaire et de signaler que l’incidence de ce type de cancer augmentait.

– Il ne faut pas oublier que l’urologie ce n’est pas seulement un problème oncologique, mais une menace principalement pour les hommes, comme le cancer de la prostate ou le cancer des testicules. – a déclaré la Dr Kamila Żebrowska de la Clinique d’Urologie Générale, d’Oncologie et Fonctionnelle de l’Hôpital Clinique de l’Enfant Jésus – Il s’agit également des problèmes moins grave, mais souvent épineux, comme l’urolithiase, les troubles mictionnels et l’incontinence urinaire, fréquents surtout chez les femmes approchant la ménopause. Ce dernier problème est considéré comme embarrassant. Certains patients ont admis lors de la consultation qu’ils avaient osé en parler au médecin pour la première fois. Ils ne l’ont pas touché même lors des visites précédentes chez le gynécologue – a ajouté le Dr Żebrowska. Dans la ville médicale sous l’édifice de la Télévision Polonaise, le Dr Mateusz Matyjasek a donné les conseils urologiques.

Les cardiologues fournissant des conseils devant l’édifice de la Télévision Polonaise ont constamment affirmé que les principales causes de décès causées par les maladies cardiovasculaires c’étaient des facteurs de risque tels que l’hypertension, un régime alimentaire malsain, l’hypercholestérolémie, le surpoids et l’obésité, le tabagisme, l’hyperglycémie.

– En rencontrant des patients dans le cadre du Programme «D’abord la santé», nous essayons de transférer des connaissances sur ces facteurs et de nous faire prendre conscience de l’importance de la prévention et de l’hygiène de vie dans ce groupe de maladies – a déclaré le Dr Joanna Rogozik, du 1er Département de la 1ere Clinique de la Cardiologie de l’Hôpital Clinique Central Indépendant de Varsovie, partenaire du Programme – Chaque patient devrait connaître sa tension artérielle, son poids, son taux de cholestérol et également faire de l’activité physique. C’était aussi le conseil que nous avons essayé de donner à tous les patients qui visitaient notre position.

Le problème le plus fréquent signalé par les patients c’était l’hypertension, souvent mal contrôlée. Les patients souhaitaient également obtenir des conseils sur leurs symptômes inquiétants, tels que la fatigabilité ou les palpitations, et ils ont signalé d’autres maux dans la poitrine – ajoute le Dr Rogozik, qui a donné des conseils en cardiologie avec le Dr Edyta Jakubik.

Les cancers de la peau sont parmi les types les plus communs de cancer. On estime qu’au cours des 20 prochaines années, leur nombre doublera. Par conséquent, le Programme « D’abord la santé » selon les fermatologues c’est une excellente occasion de promouvoir les principes de la prévention, notamment en soulignant la nécessité de changer les habitudes concernant l’utilisation du soleil.

– Heureusement, de plus en plus de personnes sont conscientes de l’importance de l’évaluation des signes dans le cadre de cette prophylaxie. – a déclaré le Dr Agnieszka Staniewska, dermatologue – Environ un tiers des patients visitant notre stand ont demandé à les voir sous le dermoscope. Les patients ont également signalé d’autres problèmes de peau, le plus souvent l’eczéma et la dermatite séborrhéique. L’eczéma est une maladie allergique qui peut déjà être considérée comme une maladie de civilisation. Il apparaît à la suite de dommages à la barrière épidermique par les détergents présents dans les cosmétiques pour le nettoyage et le démaquillage. Le choix de dermo-cosmétiques appropriés, non seulement pour le nettoyage de la peau, mais aussi pour les émollients, c’est-à-dire les composés qui restaurent la barrière épidermique endommagée, revêt une grande importance. Pendant les visites au bureau, il n’est pas toujours temps d’en parler au patient. Lors des rencontres avec les patients dans le cadre du Programme « D’abord la santé », nous avons eu une telle chance. – a ajouté le Dr Staniewska.

Dans cette édition du Programme, il existe de nouvelles spécialités telles que l’hématologie ou la psychiatrie pour les enfants et les jeunes, pour lesquelles il existe une demande croissante, et dont les spécialistes sont souvent mal identifiés par des psychiatres ou des éducateurs.

– La psychiatrie des enfants et des adolescents est un domaine très vaste et un médecin travaillant dans ce domaine doit avoir une connaissance approfondie de nombreuses spécialités médicales et humanistes – a déclaré la Dr Lidia Popek, chef du Département de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent à l’Institut de Psychiatrie et de Neurologie, partenaire du Programme. – L’essentiel de notre point de vue c’est de prévenir les maladies mentales chez les enfants et les adolescents. Il est possible si les symptômes soient capturés suffisamment tôt, c’est-à-dire dans le bourgeon, et c’est quand l’enfant est encore dans lebourgeon. Toute une gamme de maladies associées à la psychiatrie des enfants et des adolescents commence lorsque les parents pensent ou ne pensent pas qu’ils veulent avoir un bébé. Quand la femme est enceinte et que le fœtus se développe et dans les premiers mois de la vie. L’influence du lien avec la mère a créé depuis le début est extrêmement importante. Ce n’est qu’alors que d’autres facteurs peuvent contribuer au développement d’une maladie mentale. Par conséquent, il est très important de reconnaître ce type de maladie dès que possible. – a ajouté le Dr Popek.

En donnant aux patients des conseils dans le cadre du Programme «D’abord la santé», les hématologues invités à participer veulent les sensibiliser davantage au besoin de tests sanguins de base au moins une fois par an. Cependant, vous ne devez pas demander au Dr Google d’interpréter les résultats, mais le médecin, même les médecins de soins primaires. De nombreux patients ont peur des consultations avec un hématologue, car les changements de morphologie sont associés aux cancers du sang. A tort, car leur cause ce sont le plus souvent des maladies moins graves – anémie et leucopénie.

– L’anémie touche une femme de 5 à 6 ans dont la cause est la perte de sang pendant la menstruation et en particulier les régimes amaigrissants sans viande à la mode. – a déclaré le Dr Monika Dąbrowska – de l’Institut d’Hématologie et de Transfusion, partenaire du Programme – Les patients dont la morphologie présente une carence en fer commencent souvent à le compléter eux-mêmes. Relever un tel problème lors de la consultation, nous vous convainquons qu’un taux réduit de fer ne suffit pas pour poser un diagnostic. Au moins trois résultats d’analyse sont nécessaires – taux de fer, d’hémoglobine et de ferritine. De plus, la prise de comprimés « à l’œil » pendant une courte période ne devrait pas avoir lieu. Si nous complétons le fer, alors pendant au moins trois mois, jusqu’à six mois. En outre, certains patients nécessitent un raccourcissement pharmacologique des règles et, si la cause de la carence en fer est une mauvaise alimentation, un changement de la nutrition. Chez les hommes, la carence en fer est plus inquiétante que chez les femmes. Les patients doivent subir un diagnostic approfondi, car il peut s’agir d’un symptôme de cancer colorectal. Les problèmes hématologiques inoffensifs sont le plus souvent rencontrés chez les personnes de plus de 70 ans, qui manquent de viande et de légumes en raison de régimes trop maigres. Ces patients visitaient le plus souvent notre position. – ajoute le Dr Dąbrowska.

Au total, 1 314 examens et consultations ont été effectués dans le Centre Mobile de l’Audition et dans l’ensemble de la ville médicale.

Le Programme « D’abord la santé » a été créé à l’initiative du prof. Henryk Skarżyński et il est réalisé par le Centre Mondial de l’Audition de l’Institut de Physiologie et de Pathologie de l’Audition, l’Institut des Organes Sensoriels et du Comité des Sciences Cliniques de l’Académie Polonaise des Sciences en coopération avec la Télévision Polonaise et la Radio Polonaise. Parmi les exécutants du Programme figurent des sociétés scientifiques de premier plan en Pologne, des instituts, des équipes d’experts et d’autres unités de protection de la santé.

C’est déjà la troisième édition d’un Programme multidisciplinaire de lutte contre les maladies de civilisation, au cours duquel seulement l’an dernier on a effectué des consultations directes chez plus de 5 000 Polonais, et indirectes chez une douzaine de milliers d’autres personnes.